nac addiction

Forum d'aquariophilie & de terrariophilie


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

nac addiction » L'AQUARIOPHILIE & LES RECIFS » LES QUESTIONS » Le réacteur à calcaire ( Récifal)

Le réacteur à calcaire ( Récifal)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

Dams

avatar
Modérateur (Aquariophilie)
Le réacteur à Calcaire

Le calcium constitue la structure des récifs, les coraux sont des animaux à squelette calcaire et ont besoin de lumière et de matières minérales pour se développer. C'est pourquoi nous devons leur apporter du calcium, afin qu'ils assimilent dans leurs squelettes, ils ont besoin de dioxyde de carbone (CO2) et de calcium sous forme ionique. Le calcium doit être maintenu à une concentration de 400 à 450mg/l.
Le réacteur à calcium fonctionne de manière simple en apportant et en maintenant la quantité de calcium nécessaire aux coraux. Le réacteur à calcium fonctionne dans un tube étanche remplis d'hydroxyde de calcium et uniquement avec de l'eau osmosée. Un agitateur magnétique, une pompe à eau bas débit ou même le simple courant d’un osmolateur assure la saturation en calcium de l'eau, dans la partie inférieure, l'hydroxyde de calcium présente une couche blanche, dans la partie supérieure se trouve l'eau saturée en calcium (zone limpide), c'est cette partie d'eau limpide qui doit être ajoutée dans le bac à l'aide d'une pompe à eau couplée à un contacteur de niveau (osmolateur). Cet ajout doit compenser l'eau évaporée de l'aquarium grâce à l'osmolateur.

Il existe plusieurs types de réacteur à hydroxyde (RAH). Voici les 4 principaux types de RAH (les plus courants, mais il en existe bien d’autre) :

- Le premier, plus simple et suffisant pour les bacs inférieurs à 400 litres faiblement peuplés en coraux durs, ou jusqu’à 250 litres pour les bacs essentiellement peuplés de coraux durs. Il se compose d’un simple tube étanche relié entre la pompe de l’osmolateur et le bac.
Dans ce tube étanche nous y ajoutons de l’hydroxyde de calcium (que l’on trouve généralement dans tous les magasins d’aquariophile), la quantité ajoutée ainsi que la fréquence d’ajout permet de stabiliser le taux souhaité dans le bac, il est logique que 15 gr d’hydroxyde toutes les 2 semaines maintiendra un taux de calcium dans le bac bien plus bas que si l’on ajoute 50 gr par semaine.

Dans tous les cas, l’hydroxyde de calcium en suspension dans le tube (appelé lait de chaux) ne doit jamais être ajoutée dans le bac sous peine de voir ses paramètres totalement déstabilisés et à des taux extrêmes.
Lorsque l’osmolateur entre en fonction, l’eau refoulée dans le bac passe d’abord dans le réacteur, elle arrive par le bas, de ce fait, l’hydroxyde est soulevé jusqu’à mi-hauteur du réacteur et ainsi, charge fortement l’eau en calcium (toutefois, ce système ne permet pas d’aller jusqu’à saturation). Cette arrivée d’eau qui à la fois mélange l’hydroxyde pousse aussi l’eau qui se trouve en haut du tube (eau limpide appelée eau de chaux) dans le bac. Comme l’osmolateur envoi que des petites quantités d’eau dans le bac, en fonctionnement normal, il s’arrête bien avant que le lait de chaux arrive en haut du réacteur (point à bien surveiller, surtout les premiers jours).

(Photo 1, le réacteur est en phase d'attente, l'hydroxyde se trouve tout en bas, photo 2, l'osmolateur se met en route, le courant d'eau soulève l'hydroxyde)




- Le second, il s’agit du même principe que le premier, mais plus adapté aux grands bacs, supérieurs à 400 litres. La différence entre les deux est que dans celui-ci, nous forçons de façon continue la saturation en calcium (afin d’avoir un taux de calcium maximal, qui se situe aux environs de 900mg/l) grâce à un brassage intermittent dans le réacteur.
A l’aide d’une pompe de brassage à bas débit (entre 250 et 500 l/h) branchée sur un programmateur, il suffit de brasser l’hydroxyde environ 5 minutes toutes les 4 heures. On choisira plus ou moins les fréquences de brassage (toutes les 4h, 6h, 8h etc …) suivant l’évolution du taux de calcium dans le bac (mais aussi en fonction du pH pour ne pas voir celui-ci monter trop haut, à savoir jamais plus de 8,5).

(Photo 1, le réacteur est en phase d'attente, l'hydroxyde se trouve tout en bas, photo 2, la pompe se met en route, le courant d'eau soulève l'hydroxyde)




- Le troisième, identique au second, mais ou la pompe de brassage est remplacée par un entraînement magnétique extérieur (donc hors du réacteur), ce qui allonge considérablement la durée de vie du réacteur car le lait de chaud, ou même simplement l’eau de chaux sont extrêmement corrosifs pour les rotors des pompes. Dans ce système là, on utilisera aussi un programmateur pour brasser l’hydroxyde au même rythme que le second soit 5 minutes toutes les 4 heures. Comme ci-dessus, on choisira plus ou moins les fréquences de brassage (toutes les 4h, 6h, 8h etc …) suivant l’évolution du taux de calcium dans le bac (mais aussi en fonction du pH pour ne pas voir celui-ci monter trop haut, à savoir jamais plus de 8,5).

(Photo 1, le réacteur est en phase d'attente, l'hydroxyde se trouve tout en bas, photo 2, l'agitateur magnétique, entraîné par le moteur se met en route, l'agitateur mélange l'hydroxyde)



- Le quatrième, toujours au fonctionnement plus ou moins identique, se rapproche plus du troisième, ci-dessus, car le mélange est agité ici aussi par un moteur extérieur (donc aussi avantageux sur la longévité) qui fait tourner un mélangeur dans le cylindre du réacteur. Dans ce cas là, on utilisera aussi un programmateur pour brasser l’hydroxyde au même rythme que les models ci-dessus, soit 5 minutes toutes les 4 heures. On choisira ici aussi plus ou moins les fréquences de brassage (toutes les 4h, 6h, 8h etc …) suivant l’évolution du taux de calcium dans le bac (mais aussi en fonction du pH pour ne pas voir celui-ci monter trop haut, à savoir jamais plus de 8,5).

(Photo 1, le réacteur est en phase d'attente, l'hydroxyde se trouve tout en bas, photo 2, la moteur entraîne le mélangeur, le mélangeur brasse l'hydroxyde)




IMPORTANT : Dans les 4 cas, ou même quelque soit votre apport d’eau de chaux si votre système ne figure pas ici, elle doit se faire en très faible quantité et débit (maximum de celui d’un osmolateur), et surtout dans le courant d’une pompe de brassage de votre bac. Lors de l’utilisation de ce système, il convient de contrôler 2 fois par an le matériel tel que chauffage, pompes de brassage, capteur d’osmolateur … afin de prévenir toutes corrosions éventuelles.
Source : Aquaplanete

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum