nac addiction

Forum d'aquariophilie & de terrariophilie


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

nac addiction » LES OPHIDIENS » REPRODUCTION & SANTE » REPRODUCTION » LA REPRODUCTION CHEZ LES SERPENTS

LA REPRODUCTION CHEZ LES SERPENTS

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

benji63

avatar
Administrateur & Modérateur "Venom"
LA REPRODUCTION CHEZ LES SERPENTS

La plupart des serpents ont un mode de vie solitaire et ne sont pas souvent en contact avec un partenaire sexuel qui leur convient. Pour augmenter leur chance de se reproduire, les serpents ont la capacité de retarder la fécondation après l'accouplement, les femelles pouvant mettre en réserve des spermatozoïdes. La plupart des espèces sont ovipares, certaines sont ovovivipares, l'incubation des œufs ayant lieu à l'intérieur du corps de la mère.

Parade nuptiale

Certaines espèces s'accouplent plusieurs fois avec le même partenaire, mais, dans la plupart des cas, le mâle s'en va, après s'être accouplé, pour rechercher d'autres femelles. La femelle peut alors s'accoupler avec d'autres mâles et donner une progéniture provenant de plusieurs géniteurs différents.
Les serpents trouvent leurs partenaires, au cours de la saison des amours, de diverses manières. Les espèces qui hivernent collectivement ont tendance à s'accoupler au début du printemps, après leur sortie d'hivernage, avant de se disperser.
Quand ils se trouvent, les serpents se placent l'un contre l'autre, puis le mâle rampe le long du dos de la femelle, en dardant sa langue et en s'agitant à mesure qu'elle avance. Si elle est réceptive, elle peut avoir des convulsions, avant de relever sa queue pour que la copulation ait lieu. La copulation dure souvent plusieurs minutes, voire des heures.


Partenaires entrelacés



Chez certains serpents, tels les mambas, la plupart des vipères et les crotales les plus septentrionaux, les mâles se battent pour avoir le privilège de s'accoupler avec les femelles. Les deux rivaux redressent et entrelacent les parties antérieurs de leur corps, en essayant de se renverser à terre.


Fécondation

La fécondation peut avoir lieu peu de temps après l'accouplement, ou alors les spermatozoïdes sont mis en réserve dans les oviductes de la femelle. Certaines espèces, qui sont une période d'activité très brève, en raison des conditions climatiques, peuvent s'accoupler une année et produire ses petits l'année suivante. Les espèces des régions aux saisons bien marquées s'assurent que les petits viendront au monde à une époque favorable, généralement quand la nourriture est abondante, tandis que d'autres espèces tropicales peuvent se reproduire tout au long de l'année.

Serpents ovipares

La plupart des espèces pondent des œufs qui, laissés à la merci du climat, se développent mieux dans un milieux chaud : les espèces ovipares se rencontrent plutôt dans les régions tropicales ou subtropicales.
Les serpents pondent leurs œufs dans des lieux susceptibles de fournir des conditions stables pour leur développement, qui peut prendre jusqu'à 3 mois. Certaines espèces creusent dans un sol sableux, ou aménagent une chambre d'incubation sous un rocher. Les végétaux morts ou le bois pourrissant sont souvent choisis, car ils sont faciles à creuser, ont de bonnes propriétés isolantes, produisent souvent leur propre chaleur et retiennent l'humidité. Les œufs ont besoin d'un endroit humide, parce que leur coquille, molles et perméables, peuvent absorber de l'eau et de l'oxygène à mesure que l'embryon se développe. Le nombre d'œufs par ponte varie en fonction de l'espèce et de la taille de la mère. Il va de 1 (ou 2) jusqu'à 100, dans le cas des grands pythons.


Couvaison

Une fois que les serpents ont pondu leurs œufs, ils ne s'y intéressent plus, hormis les pythons, qui se lovent autour de leurs œufs pendant toute l'incubation, les cobras et quelques autres espèces, qui restent tout près pour garder leurs pontes

Serpents ovovivipares

Les serpenteaux se développent dans le corps de leur mère. Ils ne sont pas nourris grâce à un placenta comme chez le mammifères, qui sont vivipares, mais l'incubation des œufs a lieu dans les oviductes. Le serpenteau est protégé par une fine membrane, et non une coquille, dont il sort au moment de sa naissance. En s'exposant au soleil, la femelle peut accélérer le développement des embryons et rendre ainsi la réussite de la reproduction moins dépendant de la température externe. Les espèces aquatiques, notamment les serpents marins, sont ovovivipares, parce qu'elles viennent rarement à terre, de même, de nombreux serpents arboricole, ce qui leur évitent de descendre au sol.



Ovoviviparité

Dans la majorité des cas, les serpents ovovivipares mettent bas dans un endroit retiré, en général par temps chaud. Bien que la naissance ait parfois lieu en plein air, elle a été rarement observée


Parthénogenèse

Originaire de l'Inde et de l'Asie du Sud-Est, le typhlops commun, est la seule espèce parthénogénétique (avec seulement des femelles). Le serpent mature pond des œufs féconds, sans s'être accouplé. Tous ces œufs donnent des femelles, qui sont des clones de leur mère. En général, les espèces parthénogénétiques sont très prolifiques pendant quelques temps, mais, à long terme, il leur manque la variabilité qui leur permettrait de s'adapter à des conditions changeantes.

L'éclosion

Quand le jeune serpent est développé, il entaille sa coquille grâce à une dent d'éclosion temporaire, situé sur son museau. Le serpenteau peut rester près du lieu de ponte pendant quelques jours, mais il est totalement dépendant. Les espèces venimeuses peuvent même produire du venin.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum