nac addiction

Forum d'aquariophilie & de terrariophilie


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

nac addiction » LES PIRANHAS » ARTICLES & VIDEOS " PIRANHAS ET AMERIQUE DU SUD " » POST D'ETUDES » " AMERIQUE DU SUD " » POST D'ÉTUDES ET DE RECHERCHES COLLECTIVE !!!(L'AMAZONIE)

POST D'ÉTUDES ET DE RECHERCHES COLLECTIVE !!!(L'AMAZONIE)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

YANN44

avatar
Modérateur (Piranhas)
BONJOURS A TOUS!!!

Je vous proposes une petite distraction intellectuelle Wink :
Ce post seras consacré à des recherches et études collectives!!
je m'explique prenons un sujet : par exemple l'amazonie, ( cela peu très bien êtres tout autre chose) et effectuons des recherches complètes sur son biotope !
Je m'expliques : en aquariophilie nous ne nous intéressons pour ainsi dire qu'au milieu aquatique local.... On oublies que ce milieu est conditionner par tout son environnement!
Ne dit on pas que tout fini à la mer!!...pour cela ça passe par une voies direct: la rivière!
C'est sur ce constat que mon idée est née!
Ce que je propose c'est d'étudier tout les aspect de cet environnement:
-les variations climatique
-le système hydraulique
-la géologie
-la faune et la flore si bien aquatique que terrestre
-la chaîne alimentaire
-les interactions entres chacun des éléments précités
-mais bien sure les biotopes et espèces locales et endémiques
-.......bien entendu je dois en oublier....il y a tant a dire!!
Donc un travail de groupe pouvant réunir toutes les spécialités du fofo!!
Une excellente base de donnée a construire et une masse de connaissances incommensurable a réunir!! bref que du bonheur!!

Alors une simple question! ça vous dit ??


_________________
On organise la fiesta du forum alors inscrivez vous tout est expliqué sur le post dans la section blabla ici


1350ltrs 13pygos

Roro

avatar
Modérateur (Piranhas)
Ai déjà commencer mes recherches Wink


_________________
Roro

Narko

avatar
Webm@ster
Très bon post de recherche .... Wink
Merci les gars Wink


_________________
http://nac-addiction.forum-pro.fr

YANN44

avatar
Modérateur (Piranhas)
THEME L'AMAZONIE

petite présentations en images pour commencer !!
















_________________
On organise la fiesta du forum alors inscrivez vous tout est expliqué sur le post dans la section blabla ici


1350ltrs 13pygos

Narko

avatar
Webm@ster
Un peu de lecture (DOCUMENTATION)

Amazonie


L'Amazonie est une région d'Amérique du Sud. C'est une vaste plaine traversée par l'Amazone et par ses affluents, et couverte sur une grande part de sa surface par la forêt amazonienne. Sa superficie est de 6 568 107 km2.

Son climat est chaud et humide durant toute l'année. La température moyenne régnant en Amazonie est de 26 °C. Les précipitations moyennes sont de 2 100 mm/an à 2 450 mm/an, avec cependant des zones au nord-ouest présentant plus de 10 000 mm de pluie/an. L'Amazonie est la plus grande forêt du monde et l'une des régions les plus humides de la planète, d'où une grande richesse en biodiversité.

Au Nord de l'Amazonie existe un phénomène très rare : deux bassins fluviaux sont reliés par un cours d'eau naturel qui franchit la ligne de partage des eaux (invisible dans cet espace parfaitement horizontal) : le canal du Casiquiare, reliant le bassin de l'Orénoque à celui du RioNegro, affluent de l'Amazone.




Histoire

La culture itinérante prédominait (ramassage d'urucum par les indiens Yawanawa en Amazonie). Les plantations sur brûlis duraient un ou deux ans ; les habitants produisaient uniquement pour leur seul usage du manioc, du riz et de la canne à sucre. Certains faisaient un petit commerce de piments, de jute, de cacao.

À côté des produits traditionnels de l’extraction destinés aux États-Unis et à l’Europe (bois, noix du Brésil, sorbe, guarana, avec lequel on fabrique des boissons, fibres de jute et de malva, etc.) sont apparus des produits nouveaux de technologie avancée (appareils de télévision, chaînes hi-fi, circuits imprimés, machines à calculer électroniques mais aussi rasoirs, verres pour lunettes, bicyclettes, bateaux, etc.). Le mouvement commercial est intense. À partir des années 1970, les pays amazoniens, et notamment le Brésil, ont encouragé l'occupation et l'aménagement du territoire forestier afin de l'intégrer à l'économie nationale. L'objectif était de constituer de grandes exploitations, de mieux contrôler les frontières et d'amener des populations pauvres sur les nouvelles terres. Des projets grandioses de colonisation ont été lancés, qui ont abouti, avec l'accord du gouvernement brésilien, à la formation de grands domaines privés.

Le gouvernement se réserva le contrôle de toutes les terres publiques situées dans une bande de 100 kilomètres de part et d’autre des routes amazoniennes (1971). Ces mesures permirent d’ouvrir environ 2,25 millions de kilomètres carrés à la colonisation. Au début, ce furent de petits agriculteurs qui cultivèrent les terres (en particulier ceux du Nordeste brésilien frappé par la sécheresse : on créa des lots de colonisation d’une superficie de 100 hectares ainsi que des villages, les agrovilas).

Malheureusement, l'exploitation des ressources a été mal conduite et les résultats sont très décevants. L'État brésilien, obligé de revoir ces projets, est confronté, depuis la fin des années 1980, aux interventions de la Banque mondiale, qui lui impose de sévères contraintes financières.

À partir de 1974 apparurent de grands domaines contrôlés par de puissants groupes financiers brésiliens et surtout multinationaux. Le groupe Rockefeller possède ainsi 500 000 hectares ; une autre société américaine, la Georgia Pacific, plus de 7'000'000 hectares ; Volkswagen do Brasil 220 000, etc.

Ces groupes ont créé des pâturages sur lesquels sont élevés plus de 6 millions de têtes de bétail. Le milliardaire américain Ludwig (1897-1992) est le plus célèbre de ces nouveaux fazendeiros : dans les années 1960, sa société « Jari » avait constitué au nord de Belém un immense domaine agro-industriel d'environ 6 millions d’hectares; il élevait 50 000 bovins par an dans « le plus grand élevage du monde », et produisait de la canne à sucre, du soja, du maïs, du blé. Il possédait également des unités agro-alimentaires, des usines de traitement de bauxite, de fabrique de cellulose et de pâte à papier. Le tout destiné à l’exportation, notamment vers le Japon. Quelque 30 000 ouvriers y étaient employés dans des conditions parfois qualifiées de «semi-esclavagistes». L'échec économique de Jari le conduisit à abandonner ce projet en 1981. Les terrains ont été acquis par diverses sociétés brésiliennes, pour de la production de cellulose.

Environnement



Paysage d'Amazonie à l'ouest de Manaus

L'essentiel du bassin de l'Amazone, dont la surface totale est d'environ 7 millions de km2, dont 5,5 est aujourd'hui encore couvert par des écosystèmes de forêts tropicales. L'Amazonie constitue de ce fait le plus important réservoir de diversité biologique de la biosphère.

La principale menace pour l'environnement résulte de sa déforestation liée à l'exigence de son développement économique par les pouvoirs publics des divers pays qui se la partagent.

Le Brésil par exemple a construit un gigantesque réseau autoroutier destiné à permettre sa « mise en valeur ». Ce même processus de déboisement s'observe sur toute la périphérie du bassin : en Colombie et dans les parties péruviennes et boliviennes de celui-ci, dans le sud du Venezuela et dans le Plateau des Guyanes. Le Brésil a mis sa forêt vierge en coupe réglée. Les militaires ont tracé les routes et les pauvres de la région du Nordeste sont venus coloniser l'Amazonie, nouvelle Terre promise. Après des mois d'effort, les paysans cultivent une terre épuisée. Des millénaires d'érosion ont lavé le sol de toutes substances organiques. Au bout de deux ans, il faut aller défricher encore plus loin. Certains se résignent mais, de plus en plus souvent, paysans et chômeurs refluent vers les villes et se révoltent.



Le chef Raoni, un des principaux opposants à la déforestation de la forêt amazonienne.

Les paysans sont suivis par les aventuriers et les multinationales qu'attirent les richesses du sous-sol. Un tiers de la forêt a disparu. Le bilan écologique est alarmant. L'Amazonie est un gigantesque chantier. On trace de nouvelles routes à travers la forêt, de nouvelles villes surgissent. La découverte des richesses contenues dans le sous-sol a provoqué la ruée des aventuriers de toutes nationalités. Des milliers d'hommes à l'aventure ont creusé la terre en espérant la fortune. Encouragés par l'État, les paysans du Nordeste du Brésil fuient vers l'Amazonie. Ils n'ont pour seul vrai bagage que les promesses du gouvernement : 100 hectares de forêt par famille, payables à crédit, qu'il va falloir déboiser. Il est vrai que le sous-sol de la forêt contient de fabuleuses richesses : des milliers de tonnes de minerais (fer, cuivre, manganèse, bauxite, or) mais la terre est d'une extrême pauvreté. Quand elle aura livré ses maigres ressources, les paysans s'en iront encore vers un nouvel exil ...

Les seules bêtes qui s'adaptent au climat sont les zébus de race africaine. Leur élevage est rentable, à condition d'investir et d'exporter leur viande. Ce que seuls réussissent les grands propriétaires.

La diversité biologique

Le poids de la richesse de l’Amazonie dans la biodiversité mondiale est variable suivant les groupes zoologiques : 2 % des arachnides mondiaux se trouvent en Amérique, 3 % des myriapodes, 28 % des ricinules, 9 % des schizomides et des scolopendromorphes, 7 % des pauropodes. Ces chiffres peuvent être délicats à interpréter car les inventaires sont encore très incomplets .

Une autre façon de comprendre la richesse de cette zone (similaire à l’ensemble des forêts tropicales humides) est de signaler que des inventaires ont découvert 95 espèces de fourmis différentes sur un seul arbre alors que 105 espèces vivent dans l’ensemble de l’Allemagne .

Amazonie légale brésilienne

Portion du territoire brésilien définie par diverses lois en 1953, 1966 et 1971 avec comme objectif la programmation gouvernementale.

Elle comprend les États de l'Acre, de l'Amapá, de l'Amazonas, du Pará, du Rondônia, du Roraima et une partie des États du Mato Grosso, du Tocantins et du Maranhão.

Amazonie colombienne

Couvre 406 000 km2 et comprend les départements de Amazonas, Guainía, Vaupes, Putumayo et Caquetá. La forêt, selon certains scientifiques, pourrait disparaître d'ici quelques dizaines d'année si on continue à la défricher.

Amazonie bolivienne

Correspond aux départements de Pando, Beni, partie de Santa Cruz, de La Paz, et de Cochabamba.

Article détaillé : Amazonie bolivienne ICI

Amazonie équatorienne

Sa zone orientale comprend les provinces de Zamora-Chinchipe, Morona-Santiago, Pastaza, Napo, Orellana et Sucumbios.

Les principaux groupes présents dans l'Oriente sont : A'i Cofán

Secoya
Siona
Waorani
Zápara
Shiwiar
Achuar
Shuar
Kichwa


Amazonie venezuelienne

C'est la région Sud-Est du Venezuela. Le bassin de l'Orénoque est parfois considéré amazonien dans son ensemble, une généralisation quelque peu abusive.

Amazonie péruvienne

Elle est constituée des départements suivants : Loreto, Madre de Dios, San Martín, Amazonas et Ucayali.

Amazonie française

C'est la Guyane française, qui comprend un seul département, et fait de la France un pays sud-américain limitrophe du Brésil et du Suriname. Woarani .

Amazonie : à moitié dévastée en 2030 ?

L'Amazonie fournit près de 12 % des réserves en eau douce du globe, un dixième de la faune connue et plus de 40 000 espèces végétales. Mais l'Amazonie, excessivement déboisée, a déjà perdu 17% de sa surface originelle. Selon les projections du WWF, si son exploitation se maintient à ce rythme, 55 % de sa surface aura disparu en 2030, puis, selon certains experts, la totalité de la forêt amazonienne d'ici 2050, ce qui pourrait fortement perturber l'équilibre de la planète.

Néanmoins, la France a créé, en 2007, le parc amazonien de Guyane, qui, avec les réserves brésiliennes, forme la plus vaste aire protégée de forêt tropicale au monde

Source Wikipedia ... http://fr.wikipedia.org/wiki/Amazonie
http://fr.wikipedia.org/wiki/Amazonie_bolivienne


_________________
http://nac-addiction.forum-pro.fr

Roro

avatar
Modérateur (Piranhas)

Les 3 types d'eau dans l'amazone

Avec 6400 km il est un peu moins long que le Nil, mais le plus vaste pour son réseau hydraulique avec 6 150 000 km2. Le débit à son embouchure est 5 fois plus important que son successeur le Congo.

L'Amazone prends sa source à 4840 m au Pérou. Sur son chemin, l'Amazone reçoit plus de 500 affluents dont 20 puissants fleuves, longs de plus de 1500 km !! Le rio Negro sur la rive gauche est aussi gros que le Congo. Le rio Xingu est lui aussi abondant que le Gange.
Les différents affluents font passer la largeur de l'Amazone de quelques mètres à la source, à 6000 m à Manaus, puis 10 km dans son cours inférieur. La basse vallée est un véritable bras de mer qui remonte grâce aux marées sur plus de 1000 km, et dont la largeur entre rives est de 30 à 100 km.
La profondeur des eaux est de 20 m à la frontière péruvienne, 80 à Manaus, et 130 vers Obidos.
Du fait de la très faible pente sur ses 3500 derniers km, l'Amazone est très ramifiée et possède de nombreux lacs.


Le fleuve est le premier par le volume des eaux qu'il charrie. Il doit cette abondance à la surface de son bassin, qui, avec 7 millions de kilomètres carrés, est le plus grand du monde. Son débit moyen à l'embouchure est estimé à 180 000 m3/s (quatre fois celui du Congo, deuxième fleuve par la puissance, et cent fois celui du Rhône), contre 160 000 m3/s à Óbidos, situé à 1 000 km des côtes atlantiques. Les alluvions sont à l'origine de la distinction opérée entre les affluents du fleuve: les rios negros (noirs) sont chargés de fer et de matière organique; les rios d'agua limpa sont limpides comme le Tapajós, et les rios brancos sont chargés d'alluvions claires et opaques (Madeira, Amazone). Les confluences entraînent parfois des phénomènes spectaculaires. Ainsi, à la rencontre de l'Amazone et du Negro, les eaux des deux fleuves ne se mélangent pas sur plusieurs kilomètres, tant elles sont abondantes et leurs caractéristiques différentes. Les eaux de l'Amazone sont si puissantes qu'elles forment un véritable barrage, faisant parfois refluer les eaux des affluents .

Présentation des trois types d'eau rencontrée en Amazonie.

L'eau "blanche":
Elle est appelée agua branca par les indigènes, elle ressemble au niveau de la consistance à du lait. La visibilité n'excède pas les 50 centimètres et sa couleur est ocre jaune. Cette aspect laiteux est du à l'énorme quantité d'argile et de détritus en suspension mélangés à la boue que le fort courant du fleuve charrie continuellement de son lit.
Le pH est compris entre 6.2 et 7.2
Le kH est compris entre 0.2 et 0.4
La dureté totale, GH est inférieure à 1°

L'eau "claire":
Elle est assez répandue, surtout dans les petite cours d'eau, comme le Rio Tapajos. Sa principale caractéristique c'est de ne pas perdre sa limpidité, même quand elle est collonisée par le phyloplancton et qu'elle prend une coloration jaunâtre ou verdâtre. Cette particularité est due à la déposition continuelle de substances dissoutes, et au faible courant qui entraîne à peine le fond constitué de cailloux et de sable. La visibilité peut aller jusqu'à 4.50m sans jamais être inférieure à 1 mètre.
Le pH est compris entre 4.5 et 7.8
Le kH est inférieur à 0.3
La dureté totale, GH est comprise entre 0.3 et 0.8°

L'eau "noire":
Cette eau appellée agua preta est typique du Rio Negro, sa coloration est marron ("coca-cola"), caractéristique en raison de la forte concentration en acides humides qui proviennent de la matière végétale en décomposition. D'après une étude réalisée par Klinge (1971), il ressort en effet que dans le bassin l'Amazone, il tombe en moyenne jusqu'à154 tonnes de feuilles chaque année par hectare !!! Contrairement à ce que l'on pourrait imaginer, l'eau n'est pas du tout trouble, mais limpide et la visibillité est comprise entre 1.3 et 2.5 mètres.
Le pH est compris entre 3.8 et 4.7
Le kH est non-mesurable (faible quantité de carbonates)
La dureté totale : 0.1° GH

Source: Google


_________________
Roro

Narko

avatar
Webm@ster
LA FAUNE ET LA FLORE (BOLIVIE)

La végétation amazonienne
La forêt est constituée d'une grande quantité d'arbres aux bois précieux, tels que : Itahuba, Caricari, Tajibos, Cedro, Cuta barcina, Almandrillo... Cinquante pour cent de ces bois sont très rares.

Nous trouvons énormément de plantes médicinales pour soigner une grand quantité de maladies: ulcère, problèmes de sang, cardiovasculaires, respiratoires, dentaires, gastriques, piqûres de reptiles...
Les fleurs de la forêts sont très belles, elles ont des couleurs chatoyantes.



Le régne animal

La faune est variée, elle constitue 80 % de la diversité des classes existantes dans le monde.

Une identification par un groupe de scientifiques dénombre 643 espèces qui se répartissent en familles comme suit: 326 d'oiseaux, 185 de poissons, 67 de mammifères, 37 d'amphibiens et 28 de reptiles. Dans la forêt, se trouvent de nombreuses variétés d'espèces de félins .

(Pantera onca), Jaguar
(Felis yagouaroundi), panthère noire
(Felis pardalis), Petit félin
(Felis wiedii), Chat de la forêt
(Felis especie), Chat de la forêt
(Felis concolor), Puma
(Cíclopes didactylus), Petit ours d´or
(Mymecophaga tridáctyla), Ours marron
(Tamandua tetradáctila), Ours fourmiliers
(mazama guasoubira), Petit chevreuil
(mazama americana), Chevreuil
(blastocerus dichotomus), Cerf



Différentes classes de singes:

( Cebubus aplla), Singe siffleur
(Ateles paniscus), Singe araignée
(Aotus azarse), Singe aux quatre yeux
(Alouatta caraya), Un petit singe : le manechi
(Saimiri sciureus), Petit singe



Les oiseaux

La Bolivie est considérée comme le septième pays du monde pour sa grande diversité d'oiseaux. Selon le scientifique POTTES 1991, sont répertoriées 326 espèces et leurs familles respectives dont nous pouvons citer quelques-unes d'entre-elles :

Perdrix, 5 espèces
Cormoran, 1 espèce
Hérons, 11 espèces
Rapaces, 40 espèces
Pintades, 5 espèces
Canards, 13 espèces
Perroquets, 21 espèces
Autruche, 1 espèce
Toucan, 4 espèces



Dans la rivière

Vous admirerez un grande quantité d’oiseaux, animaux, reptiles, amphibiens comme ces quelques exemples :

- Le dauphin amazonien (Inia geoffrensis), bleu et rose ou bleu selon l’âge. Il peut atteindre 2.4 de longueur pour un poids de 150 kg. Une centaine de dents sont implantées dans une mâchoire fine est longue. Sa nourriture se compose de poissons et de crabes. Curieux, se trouve une touffe de poils sur son rostre.

- Le capiguara (Hydrochoerus hydrochaeris) le rongeur le plus grand au monde 1 m à 1.5 m de long, d’une hauteur de 0.5 à 0.65 cm et d’un poids de 50 kg. Vie en bordure de rivière ou dans les marécages. Cet animal est un très bon nageur.

- Les anacondas (Eunectes murinus) vivent dans des petits étangs, lacs, rivières et petits ruisseaux. Ils sortent de l’eau environ une foie par mois pour manger. La photo montre un anaconda de 9 mètres de long tué par un chasseur de la communauté. Il entrait dans le village et cela est très dangereux pour les enfants qui se baignent tous les jours dans la rivière



- Les crocodiles d’une longueur de 2 mètres pour les males et un mètre pour les femelles, de couleur marron. Les caïmans eux sont beaucoup plus gros et grands, ils peuvent attendre 5 à 6 mètres de long. Son ventre est de couleur blanc et le reste vert.

- Egalement, se trouvent plusieurs espèces d’iguanes et de caméléons.



Les reptiles

Il en existe sur la terre, dans l'eau, dans la forêt. Il y a deux variétés de serpents volants dans la forêt. La première au corps rond, se transforme comme une aile d'avion, le dessous devient plat et large. Il plane de branche en branche. La seconde (Vibora cuco) est très curieuse, son corps mesure 10 centimètres, elle n'a pas d'yeux, elle a des ailes, une tête de vipère et son venin n'est pas toxique. Les variétés de reptiles sont très nombreuses, cela va de quelques centimètres à 2 ou 3 mètres. En général, ils ne sont pas dangereux, quand ils voient l'homme, ils fuient. Si vous les provoquez, touchez, embêtez, ou marchez dessus, là, ils deviennent agressifs et se défendent en mordant.

Par contre, si vous marchez par inadvertance sur une Bothrops, un crotale ou une lachesis et qu’elles vous mordent, pour votre sécurité et la notre, nous disposons dans notre réfrigérateur du complexe touristique les anti-venins correspondants pour :
• Bothrops sp. appelée communément yopérojobobo, yopé, yarará ou dormilona
• Crotalus durissus terrificus, appelée communément cascabel, cascabel chonono ou serpent à sonnette.
* Lachesis le maitre de la forêt, se rencontre seulement en forêt vierge appelée communément surucucu ou pucarara.
* Micrurus ou serpent corail peu agressif,
Ce sont les quatre variétés de reptiles mortels que nous pouvons rencontrer dans cette zone.
Tous ces reptiles arboricoles, aquatiques ou terrestre sont bien difficiles à voir et pratiquement introuvables.



Les poissons

De la conclusion d'une étude américaine, il existe 2500 variétés de poissons en amazonie.



D'autres infos
ici
et la
aussi

EXPEDITION AMAZONIE (Guyane)
60 jours en autonomie au cœur de la fôret Guyanaise,
Une aventure humaine et photographique extraordinaire

Page 1
Page 2
Page 3
Page 4
Page 5
LA GALERIE PHOTOS



Source ... http://www.tourisme-amazonie.com/peche-bolivie/faune.html ...
http://moserdamien.free.fr/faune.htm
http://www.amazon-dream.com/region-03.php
http://amerique-latine.com/ala/fr/amazone.htm
http://www.ncegalerba.com/l


_________________
http://nac-addiction.forum-pro.fr

Roro

avatar
Modérateur (Piranhas)
L'Amazone qui draine une surface totale de 7 millions de kilomètres carrés, est considéré comme le fleuve le plus long de la planète (6500 kilomètres). En Amazonie, découverte d'une rivière souterraine : le fleuve Hamza
Une découverte surprenante a été annoncée le jeudi 25 août 2011 par un groupe de scientifiques de l'Observatoire National : un fleuve souterrain situé à 4000 mètres de profondeur a été découvert sous l'Amazone. Cette étude scientifique s'est basée sur l'analyse des températures de 241 puits forés dans des bassins par le géant pétrolier Petrobras en Amazonie. Le Brésil possède douze bassins sur son territoire qui concentre près de 13% de l'eau douce mondiale. Le Fleuve Hamza est long de 4 kilomètres, a des berges distantes de 200 à 400 mètres, sa vitesse varie entre 10 à 100 mètres par an. Il a le même parcours d'Est en Ouest que l'Amazone. Ses eaux débouchent dans les parties profondes de la mer, et dans la région de l'embouchure de l'Amazone. La rivière souterraine commence dans la région d'Acre dans les Andes et coule à travers le Solimões, Amazonas, et les bassins de Marajó pour déboucher directement dans les profondeurs de l'Océan Atlantique. Les chercheurs ont conclu que : "la région amazonienne possède deux systèmes d'écoulement d'eau, le drainage fluvial à la surface qui forme l'Amazone et le flux des eaux souterraines à travers des couches sédimentaires profondes", qui forme le fleuve "Hamza".





souce: google
http://bresil.aujourdhuilemonde.com/en-amazonie-decouverte-dune-riviere-souterraine-le-fleuve-hamza


_________________
Roro

Roro

avatar
Modérateur (Piranhas)


Biotopes amazoniens L’amazone est l’un des plus grand fleuves du monde, avec plus de 6200 km de long,
il arrose l’Amérique du Sud, il prend sa source en Colombie et coule principalement au Brésil et dans 7 autres pays.
Son débit est 100 fois plus important que celui du Rhône, et représente presque 20 % de la quantité totale d'eau douce du monde.
Son bassin couvre environ sept millions de kilomètres carrés.



La région est proche de l'équateur, la température moyenne est de 26°C.
Le climat est doux et humide, au moment de la saison des pluies,
les rivières débordent et recouvrent de vastes étendues.
Bon nombre de poissons pondent à ce moment, quand les territoires à leur disposition sont immenses et que la nourriture est abondante.
Il y a une saison des pluies qui commence en novembre et dure jusqu’en juin et une saison plus sèche et chaude entre juin et octobre,
qui est l’hiver, mais où la température est élevée.



Chaque rivière peut avoir ses propres spécificités, et l’eau est différente de l’une à l’autre.
Selon la saison, les paramètres de l’eau se modifient : au moment des pluies il y a un afflux important d’eau très douce et plus fraîche qui fait déborder les rivières. Plus tard, l’eau qui vient des montagnes apporte des sels minéraux et divers sédiments.
On peut voir des belles photos de rivières et cours d'eau amazoniens sur ce site qui présente le fleuve et son bassin.
Et cette page avec des photos de voyage en Guyane et de poissons péchés sur place une page qui présente l'Amazone et ses affluents des photos de poissons et de paysages aquatiques du Surinam des photos de poissons et de paysages aquatique en Guyane .






images de cours d'eau en Guyane .
On parle d’eau blanche,
d’eau noire et encore d’eau claire selon les paramètres physico- chimiques

L'eau blanche

un peu opaque, se trouve surtout dans la région proche des Andes,
où les rivières se chargent de limon et de sédiments arrachés à la montagne, très riches en nutriments qui favorisent la pousse des plantes. Le pH est proche du neutre entre 6,2 et 7,0. Le long de ces rivières se développent des forêts denses, composées de plantes et d’arbres qui supportent d’être souvent inondés.

Le courant est parfois rapide car c’est une région montagneuse. Les Rios Madeira, Juruá, Purú et Solimoes pour citer les plus connus du bassin de l’Amazone sont d’eaux blanches. Certaines zones sont colonisées par des plantes aquatiques, mais le plus souvent, il n'y a que du bois et des feuilles mortes.

Au sol du bois, des pierres et du sable ...




l'eau noire

colorée et chargée de tanins et de divers acides humiques dus à la décomposition des feuilles et branches d’arbres, se trouve particulièrement dans le Rio Negro, (qui a la couleur d’un thé très foncé) elle est très peu minéralisée,
sa conductivité est presque nulle, et son pH très bas, entre 3 et 6.
Les rivières coulent sous le couvert des arbres, et comme elles reçoivent peu de lumière,
elles sont généralement dépourvues de végétation.
Cette eau très douce et acide est transparente, bien que de couleur thé.
Les poissons se cachent dans les racines des grands arbres, et dans les branchages tombés.
On y trouve certains Discus et de nombreux Characidés comme les Hemigrammus et les Hyphessobrycon.
La végétation qui prospère le long de ces rivières est limitée par l’acidité de l’eau et du sol et par le manque de sels minéraux.
Les Rios Abacaxis, Nhamundã, Trombetas, Jari et Parú sont d’eaux noires dans une riviere



Dans un bras de la Cola krieek encombré de Cabomba et Salvinia, profondeur max 2m (en moyenne 1m), substrat sable blanc et vase, eau trés teintée (thé fort), 28 µS.cm-1 pour 30,3°C en surface.
On peut trouver au même endroit :Mesonauta guyanae, Pterophyllum.cf.scalare K. guianensis C. maronii ,Cichlasoma bimaculatum, Hoplias sp.,Carnegiella strigata, Gasteropelecus sternicla, Polycentrus punctatus, Nannostomus beckfordi...

L’eau claire

Le pH des rivières à eaux claires est compris selon les régions entre 4.5 et 7.8. Elles proviennent des massifs montagneux et coulent sur des roches où l'érosion est minime, elles se chargent donc très peu en sédiments. Il y a très peu de calcaire dans le sol, l'eau est très douce ; puisqu'elle dissout peu de sels minéraux, sa conductivité est très basse, de l'ordre de 10 à 30 µcm3.
Parmi ces rivières les plus connues sont le Rio Xingú, le Tocantins et le Tapajós.
L’eau du Xingu par exemple est rapide, la rivière est parfois profonde, pleine de roches et le fond est recouvert de sable par endroits.
On y trouve des entassements rocheux, parsemés de failles et de grottes et dépourvus de végétation. Les poissons qui y vivent sont les Hypancistrus zebra, bon nombre de Corydoras, certains Discus, les Pterophylum, les Astronotus, divers Apistogramma ainsi qu’une quantité de poissons-chats.
Les poissons sont généralement près des rives, abrités dans la végétation et dans les racines.


source: google


_________________
Roro

Narko

avatar
Webm@ster


_________________
http://nac-addiction.forum-pro.fr

Narko

avatar
Webm@ster
Bassin amazonien



Le bassin amazonien est la région de l'Amérique du Sud traversée par le fleuve Amazone et ses affluents.

La forêt humide sud-américaine d'Amazonie (80 % situés au Brésil), la plus grande au monde, était à l'origine couverte par plus de 7 000 000 km² de forêt tropicale dense. Durant des siècles, celle-ci a protégé le secteur et les animaux qui y vivaient. Mais au cours des 30 dernières années le gouvernement brésilien a transformé l'Amazonie en sites de production et en colonies, en sponsorisant la construction de routes et de villages ainsi que les développements industriels.

Population

L'Amazonie n'est guère peuplée. On trouve quelques villes le long des rives de l'Amazone et des villages dispersés à l'intérieur des terres, mais la plupart des gens vivent dans les villes. La forêt a été défrichée à certains endroits pour faire de la place à des plantations et des estancias (sorte de ranchs ou ranchos), qui constituent l'utilisation la plus répandue des clairières et autres zones déboisées. Certains des habitants récoltent le latex (hévéa) qui y pousse à l'état sauvage, ainsi que les noix du Brésil. Bien qu'une portion significative du bassin amazonien ait été défriché, la plus grande partie de la forêt humide reste relativement peu dérangée par les humains. Quelques tribus amérindiennes comme les Kayapos vivent encore en Amazonie.

Faune et flore
On ne connait pas encore toutes les formes de vie animales et végétales présentes en Amazonie du fait de ses territoires extrêmement peu explorés. On ignore aussi combien d'espèces de poissons vivent dans le fleuve.

Hydrologie du bassin de l'Amazone



La superficie exacte du bassin de l'Amazone n'est pas connue avec précision, ceci étant dû au fait qu'une partie des eaux de l'Orénoque supérieur au Venezuela quitte le bassin de ce fleuve par le canal du Casiquiare pour alimenter le Rio Negro, affluent majeur de l'Amazone. Or il est impossible de relier ce débit à une superficie précise. Il n'est donc possible que de l'évaluer.

Le eaux du bassin du Rio Tocantins sont exclus des chiffres suivants, étant donné que ce fleuve n'est pas ou plus un affluent de l'Amazone, leurs eaux ne se mêlant jamais.


Les données de la FAO précisent assez bien, pays par pays, les superficies correspondant au bassin du grand fleuve (sauf pour le Venezuela pour les raisons exposées ci-dessus). Dans le tableau suivant, la septième colonne intitulée "Écoulement" indique le nombre de litres qui s'écoulent chaque seconde d'un kilomètre carré de la zone du bassin. Comme il y a 31 536 000 secondes par année non bissextile, il est aisé de calculer le débit annuel apporté par la portion en question du bassin, débit partiel contribuant à la formation du débit amazonien total.

Ce tableau reprend comme telles les données fournies par la FAO, à l'exclusion d'autres sources, plus les données estimées (Venezuela) - peu importantes quantitativement - mais nécessaires pour achever les calculs.

1

Notes :
les estimations concernant le Venezuela sont très modérées, la zone du Haut Orénoque et du canal du Casiquiare étant la plus arrosée du pays, ce qui se comprend facilement étant données la très basse latitude et l'altitude élevée de ces régions ;
on appelle RHIR les ressources hydriques internes renouvelables. Les quantités "RHIR" correspondent exactement aux quantités affichées dans la cinquième colonne, à partir du moment où les ressources souterraines ne sont pas prises en compte dans les quantités RHIR, ce qui est le cas ici. En effet les quantités affichées dans cette colonne correspondent aux masses d'eau produites par les précipitations sur l'étendue de la zone (exprimée en colonne 1), et ne s'étant ni évaporées ni infiltrées dans le sol, mais se retrouvant dans les cours d'eau.


Calcul du débit

Grâce à ces données incomplètes, les seules fournies par la FAO, nous sommes tout à fait en mesure de calculer avec précision le débit total de l'Amazone, sans verser dans l'à peu près exagéré.

Comme on peut le constater, chacun des pays a au moins une donnée en colonne cinq ou six du tableau 1, correspondant toutes les deux à l'écoulement calculé dans chacun des pays. Il nous suffit donc de les convertir l'une dans l'autre pour obtenir le débit du pays en kilomètres cubes, et de là le débit par seconde, qui additionnés nous donneront le débit total de l'Amazone.



Les débits observés à Óbidos

Le débit du fleuve a été observé pendant 69 ans (1928-1996) à Óbidos, ville de l'État brésilien du Pará située à 537 km de son débouché dans l'Océan Atlantique1.

À Óbidos, le débit annuel moyen ou module observé sur cette période était de 176 177 m³/s pour une surface drainée de 4 640 300 km², soit 79,27 % du bassin versant total qui compte quelque 5 853 804 km². En effet, la surface étudiée ne comprend notamment ni les importants bassins de droite du rio Tapajós et du rio Xingu, ni les plus petits bassins de gauche tels celui du Rio Jari, étant donné que le confluent de ces rivières se trouve en aval de la ville d'Óbidos.

La lame d'eau écoulée dans l'ensemble de la surface étudiée atteint le chiffre de 1
197 millimètres par an. C'est plus de trois fois plus que pour le bassin du fleuve Congo, second fleuve du monde pour son débit et dont la lame d'eau écoulée mesurée à Kinshasa - c'est-à-dire pour la quasi totalité du bassin - , ne s'élève qu'à 359 millimètres par an.



Source Wikipedia ... http://fr.wikipedia.org/wiki/Bassin_amazonien ...


_________________
http://nac-addiction.forum-pro.fr

Narko

avatar
Webm@ster
Boto



Le boto ou dauphin rose de l'Amazone ou encore Inie de Geoffroy (Inia geoffrensis) est une espèce de mammifère de l'ordre des odontocètes. C'est un dauphin vivant exclusivement en rivière, donc un dauphin d'eau douce. C'est la seule espèce du genre Inia.

Il ne faut pas le confondre avec le sotalie de l'Amazone, une espèce marine qui s'aventure aussi en eau douce.

Au miocène, l'Amazonie a été couverte d'eau de mer par intermittence. Les dauphins d'eau douce descendraient d'ancêtres ayant peuplé l'océan au miocène et qui auraient pénétré en Amazonie. Ils auraient ensuite évolué pour s'adapter à l'eau douce lorsque la mer s'est retirée.

Les dauphins de rivière semblent rose-orange dans le bassin de l'Amazone, où la vase et la végétation décomposée donnent une couleur de thé au milieu aquatique. Une fois hors de l'eau, les dauphins apparaissent gris pâle, certains avec des marques roses.



Dessin de 1883 d'un Boto

Il mesure environ 2,80 mètres pour un poids allant jusqu'à 150 kg.

Son corps est généralement gris et peut devenir rose sur le ventre. Son museau, en forme de bec, est couvert de vibrisses. À la différence de celles des dauphins marins, ses vertèbres cervicales ne sont pas soudées, ce qui le rend très mobile; il peut ainsi pivoter à 90° : idéal pour se faufiler entre les arbres. Il a les dents différenciées ce qui lui permet de mâcher, et de manger certains gros poissons. Il a de larges nageoires, une dorsale réduite (plus grande, elle le gênerait) et de petits yeux - l'écholocation lui permet de repérer ses proies avec précision dans l'eau boueuse.

En 1817, Blainville observe cette espèce qu'il décrit et nomme Delphinus geoffrensis.

Certains scientifiques le placent dans la famille des Platanistidés mais ceci est très controversé.

Règne
Animalia
Embranchement
Chordata
Sous-embr.
Vertebrata
Classe
Mammalia
Sous-classe
Theria
Super-ordre
Eutheria
Ordre
Cetacea
Sous-ordre
Odontoceti
Super-famille
Inioidea
Famille
Iniidae
Genre Inia
d'Orbigny, 1834
Nom binominal
Inia geoffrensis
(de Blainville, 1817)

Synonymes
Delphinus geoffrensis

Alimentation
Il se nourrit essentiellement de poissons vivant sur le fond des cours d'eau.

Habitat
Le boto vit exclusivement en eaux douces. Son habitat s'étend du bassin de l'Orénoque jusqu'au fleuve Amazone.

Répartition
Il vit dans les bassins de l'Amazone et de l'Orénoque, depuis les estuaires jusqu'au Pérou et à la Bolivie.



Population
Sa population est estimée à au moins 100 000 individus.

Sous-espèces
Trois sous-espèces ont été décrites :
Inia geoffrensis boliviensis d'Orbigny, 1834
Bassin de la Madeira, en Bolivie. Cette population est isolée de la sous-espèce geoffrensis par
400 km. de rapides. Elle a été très chassée pour sa viande. Inia geoffrensis geoffrensis (Blainville, 1817)
Inia geoffrensis humboldtiana Pilleri et Gihr, 1978
Sous-espèce cantonnée au bassin de l'Orénoque.



Source WIKIPEDIA ... http://fr.wikipedia.org/wiki/Boto


_________________
http://nac-addiction.forum-pro.fr

Narko

avatar
Webm@ster


_________________
http://nac-addiction.forum-pro.fr

14 TROPICAL RIVERS STOCK HD VIDEO FOOTAGE le Lun 25 Fév - 10:50

Narko

avatar
Webm@ster









Amazon Tropical River Underwater Stock HD Video



















Dernière édition par NARKOTIK le Sam 23 Mar - 19:50, édité 2 fois


_________________
http://nac-addiction.forum-pro.fr

Dams

avatar
Modérateur (Aquariophilie)
Wahou super sujet que tu nous a pondu Narko Wink

Je le prend en cour je vais sur le champs me mater toutes les videos !

Narko

avatar
Webm@ster


Capybaras, Hydrochaeris hydrochaeris, dans leur millieu.


_________________
http://nac-addiction.forum-pro.fr

Narko

avatar
Webm@ster


En anglais , dommage car c'est bien intéressant

Un journeé dangereuse dans la jungle amazonienne pour visiter quelques-uns des peuples les plus anciens du monde.

A dangerous jouney into the Amazon jungle to visit some of the world´s most ancient tribes.


_________________
http://nac-addiction.forum-pro.fr

Narko

avatar
Webm@ster


_________________
http://nac-addiction.forum-pro.fr

Narko

avatar
Webm@ster


Plus grand département français en superficie, la Guyane est également le plus boisé. Plus de 95 % du territoire est recouvert d'une forêt tropicale humide. Ces huit millions d'hectares recèlent une biodiversité exceptionnelle : 1300 essences d'arbres, 190 espèces de mammifères et 720 espèces d'oiseaux. Le réalisateur Olivier Chiabodo, entouré d'une équipe de passionnés, a choisi de s'immerger dans les splendeurs de la Guyane. Pour découvrir la beauté des lieux, les membres de cette expédition d'un genre nouveau sont partis sur le terrain, à la rencontre des spécialistes et des habitants.

http://nac-addiction.forum-pro.fr

Narko

avatar
Webm@ster
L’enfer vert” de la forêt amazonienne est un miracle d’équilibre et de biodiversité, désormais en sursis.

La forêt amazonienne couvre à peine 1,5 % de la surface du globe, mais elle abrite un tiers des espèces animales et végétales. Cette diversité est sans équivalent dans le reste du monde. Ce premier volet montre comment toutes les espèces, l’homme y compris, se sont adaptées aux conditions extrêmes de la région.

Le secret de la diversité - Partie 1 de 3




Le concert des espèces - Partie 2 de 3



Danger de mort - Partie 3 de 3




Un site sympa à aller visiter ... http://ledocumentariste.com/luxurianteamazonie


_________________
http://nac-addiction.forum-pro.fr

Narko

avatar
Webm@ster


DÉFORESTATION EN AMAZONIE

L'état de rondonia est la région la plus déboisée d’Amazonie. Ce cliché capturé le 12 août 2012 par le satellite Terra de la NASA nous ouvre un peu plus les yeux sur les désastres de la déforestation. En vert foncé, la forêt est intacte, tandis que les zones brunes correspondent à des sols totalement nus. Les parties en vert clair correspondent aux cultures et pâturages. (NASA)

dire que l'Amazonie est le poumon de la terre et bah d'ici quelques années sa mourira d'un cancer ...


_________________
http://nac-addiction.forum-pro.fr

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum